14e témoignage

Pas de bronzage sans risque

Au milieu, Stephanie et Adele

Le bronzage sans risque est une utopie. Les gens qui ont commencé à utiliser des appareils de bronzage artificiels avant l’âge de 35 ans ont 59 % plus de risque de souffrir d’un mélanome. Le bronzage, c’est passé de mode. Voilà le message que les employés et les bénévoles de la Société tiennent à faire passer; de plus, ils se battent pour qu’on légifère contre l’utilisation des lits de bronzage chez les jeunes.

Adele Green et Stephanie Wong, de Victoria, sont de jeunes porte-parole profondément convaincues qui font entendre leur voix au nom de la Société depuis plus de 6 ans. Elles militent pour l’interdiction du bronzage artificiel chez les mineurs et s’emploient activement à changer la façon dont le bronzage est perçu.

« Ce que je souhaite, au fond… c’est un changement de perception dans ma génération – je veux que les gens de mon âge cessent de penser qu’ils doivent être bronzés. Personne ne pense au risque pour la santé. Mais je travaille pour l’avenir : ma petite sœur a 8 ans, et j’ai déjà ancré dans sa tête l’idée qu’elle n’a pas besoin de se faire bronzer », explique Adele.

Leur détermination et leur persévérance a porté fruit, et de façon très concrète. En effet, la Colombie-Britannique a adopté une loi interdisant la vente de services de bronzage aux jeunes.

Environ la moitié des cancers sont évitables, et soutenir la prévention du cancer est au cœur de notre mission. Voyez comment vous pouvez agir sur les politiques publiques en devenant bénévole en défense de l’intérêt public dans votre communauté.