45e témoignage

Le récit d’une aidante

Hélène en compagnie de son mari, Michael

Hélène Hardy, de Gatineau, au Québec, connaît les nombreuses difficultés du rôle d’aidant et sait que l’on doit mieux soutenir les gens qui prennent soin d’un proche atteint du cancer. Hélène était la principale aidante de son mari, Michael, et devait en outre assurer la subsistance de la famille. En 2008, elle a fait appel à notre service de soutien par jumelage.

« Je me suis engagée comme aidante, parce que je me sentais terriblement seule. Je ne savais pas où trouver de l’information ni à quoi m’attendre, et mon mari souffrait d’un cancer incurable de stade 4. J’avais besoin d’aide, tout simplement. »

Maintenant, Hélène fait des pieds et des mains pour que les milliers d’aidants du Canada soient mieux soutenus. Elle fait du bénévolat auprès de la Société et a pour cheval de bataille la bonification des prestations consenties aux aidants familiaux. Elle a accordé des entrevues à la télévision et, en 2009, a rencontré des députés sur la Colline parlementaire pour discuter de la mise en place de mesures visant à soulager le stress financier que vivent les personnes prenant soin d’un proche.

Hélène lors d’un dîner (2009).
Jim Flaherty, ministre des Finances, félicite Peter Goodhand, ancien président et chef de la direction de la Société canadienne du cancer, lors de l’entrée en vigueur du crédit d’impôt pour aidants familiaux.

Les efforts d’Hélène portent fruit. Ainsi, depuis 2012, le gouvernement fédéral offre un crédit d’impôt pour aidants familiaux afin de mieux soutenir les personnes qui prennent soin d’un membre de leur famille. Il reste encore du travail à faire, mais au moins, se dit Hélène, « la question est sur le tapis. On parle des aidants et on constate qu’il n’y a pas deux cas identiques, que chacun a son histoire ». Voyez comment vous pouvez agir sur les politiques publiques en devenant bénévole en défense de l’intérêt public dans votre communauté.